le blog des Mexplorateurs

Ma photo

L’agence de voyage réceptive Mexplorer organise et coordonne des séjours au Mexique.

Qualité, Originalité, Prix.

mercredi 29 novembre 2017

Site archéologique d'Ek Balam - Yucatán

Aujourd'hui nous profitons d'un passage à Valladolid pour aller découvrir le fameux site archéologique d'Ek Balam. Il s'agit de l'un des derniers sites à avoir été découverts sur la péninsule du Yucatán, et sans doute l'un des plus importants. Son nom en maya signifie "jaguar noir". Le site est composé de divers temples, de deux grands palais et d'une pyramide au centre de la cité. Ocupé du quatrième siècle jusqu'à la période coloniale, plusieurs sources historiques indiquent qu'Ek Balam représentait un centre important de la région maya, pendant la période Post-Classique.
Comprenant environ 40 structures, tous les temples sont accessibles aux visiteurs, permettant de prendre de la hauteur et d'adopter plusieurs points de vue sur la cité et la jungle environnante. Ek Balam ne connaît pas la renommée de Chichen Itzá, et pourtant il s'agit d'une cité pleine de sérénité et de mystère à la fois. On y rencontre peu de visiteurs et c'est finalement ce qui en fait son charme. 

Nous escaladons l'Acropole, aussi appelée la "Tour", d'une trentaine de mètres, du sommet de laquelle nous avons droit à une vue incroyable sur les deux grandes structures paraissant sortir de la jungle. Nos efforts ne sont pas vains et nous reposons nos jambes flageolantes en nous asseyant sur les marches du haut pour profiter de cet instant paisible et nous imprégner de la majestuosité de la nature : une véritable oeuvre d'art. 

A environ 1500 mètres de la cité se trouve le cenote Xcanche. Il est possible de louer des vélos pour y accéder plus rapidement ou simplement s'y rendre à pieds. Sur place on y trouve une descente en rapel, des hamacs et une tyrolienne. Pour notre part, un plongeon raffraîchissant et hop nous voilà ressortis pour continuer notre chemin vers de nouvelles aventures...

mercredi 22 novembre 2017

Un weekend à Isla Mujeres, à la rencontre des requins baleine

Nous profitons du weekend de 3 jours à l'occasion de la célébration de l'Indépendance du Mexique, pour mettre le cap sur la côte Caraïbes, et partir découvrir la merveilleuse île des femmes, "Isla Mujeres". Nous embarquons à bord du ferry en partance de Cancún et faisons un court périple de 15 minutes avant de poser les pieds sur Isla Mujeres. 

Comme la plupart des voyageurs, nous choisissons de louer une voiturette de golf pour rouler à l'air libre et profiter de la vue et de chacun de nos sens. L'île se parcours relativement vite, mais elle offre de nombreux secrets et recoins à découvrir qui méritent que l'on prenne le temps et surtout...des détours ! Au bout d'une vingtaine de minutes de route, nous arrivons dans un restaurant situé en bord de plage pour nous restaurer et goûter aux délicieuses langoustes, spécialités de la maison ! Nous nous laissons ensuite bercer par le son des vagues et la tranquilité des lieux jusqu'au coucher du soleil... Le soir nous participons à la Fête de l'Indépendance sur la Place Principale, écoutons avec attention le discours du Maire, puis suivons les premiers accords des mariachis qui ont pris place sur la scène faisant face au Palais du Gouvernement. Cette belle première soirée s'achève au rythme de la cumbia et de la salsa...

Le lendemain, nous décidons de nous aventurer un peu plus loin, et découvrons "Punta Azul", où l'on accède via un promontoir puis des escaliers en bois aménagés dans la roche avant de déboucher sur la mer. Il n'y a personne, nous semblons être les seuls visiteurs et cela procure d'autant plus une sensation de bien-être et de découverte. Nous faisons le tour de la "punta", à l'ombre de la roche et profitons de la vue sur l'eau bleu turquoise. Entre promenades à pieds ou en voiturette, nous choisissons de découvrir Isla Mujeres à notre rythme et tâchons de sortir des sentiers battus pour aller au contact des locaux, que nous rencontrons, pour la plupart, pour partager des tacos !

Le dernier jour, nous nous levons à l'aube et partons en bateau pour une excursion bien particulière... Nous allons à la rencontre des requins baleine ! Ces géants marins inofensifs, sont visibles sur les côtes de juin à septembre, et nous profitons du dernier jour de la saison pour aller les découvrir ! Nous traversons une mer plutôt calme pendant environ 50 minutes, avant d'arriver au spot où nous enfilerons masque et tuba, et plongerons deux par deux, à leurs côtés. Le premier que nous rencontrons est un bébé (pas si petit que cela !), nous l'apercevons de loin, et pourtant nous restons impressionnés par sa taille. Au second essai, nous plongeons et nous retrouvons nez-à-nez avec la maman (environ le triple de la taille du petit...), que nous accompagnons le temps de quelques minutes, côte-à-côte. Nous sentons les vibrations de ses déplacements et de sa masse dans l'eau. C'est un moment exceptionnel et unique... Elle finit par s´éloigner et nous remontons à la surface, la boule au ventre due à l'adrénaline et au bonheur d'avoir vécu un tel instant. 

C'est avec toutes ces superbes images en tête que nous remontons à bord du ferry nous ramenant sur la côte, et que nous repartons tous vers nos vies quotidiennes respectives, mais avec un souvenir commun inoubliable... 

 

mercredi 15 novembre 2017

Les sérénades du jeudi soir à Santa Lucía - Mérida

À Mérida, tous les jeudis soirs, la Place Santa Lucía se pare de blanc. En plein coeur du centre-historique de la ville, la place Santa Lucía organise cette soirée culturelle depuis 1965, et a vu se succéder, depuis, un grand nombre d'artistes de renom, tant musiciens, chanteurs, que danseurs. Ses sérénades légendaires sont l'expression par excellence de la culture yucatèque et d'un patrimoine culturel unique, puisqu'elles offrent à découvrir son folklore, sa poésie et son histoire.

L'orchestre se met en place sur la petite scène aux côtés du restaurant l'Apoala, face aux gradins spécialement installés pour l'évènement. Les musiciens vêtus de la fameuse chemise typique yucatèque, la "guayabera", s'installent et lancent les premiers accords de la fameuse sérénade.

Le public est constitué de voyageurs de passage, de curieux, mais surtout de locaux habitués et pourtant toujours aussi enchantés d'assister à cet évènement musical hebdomadaire. Entre les femmes agitant leurs éventails, les enfants juchés sur les épaules de leurs parents et les couples charmés par les accords des guitares, la sérénade du jeudi soir séduit tous les publics. 
S'alternent successivement sur le devant de la scène, les trios de musiciens accompagnés de leur guitare, les chanteurs solistes, et les danseurs de jarana du ballet folklorique de Mérida, accompagnés de l'orchestre régional. Pendant une heure, le temps est consacré à la musique et il semble que chaque spectateur voyage dans le temps à travers elle...

mercredi 8 novembre 2017

Port de Progreso - Yucatán


Pour profiter d’un dimanche de détente, nous quittons Mérida et rejoignons le port de Progreso, à environ une demi-heure au nord. Situé sur la « Costa Esmeralda » - Côte d’émeraude, Progreso est le lieu de villégiature préféré des méridiens qui souhaitent s’échapper de l’effervescence de la ville le temps d’une journée ou d’un weekend. Petite ville de pêcheurs, elle charme pour sa tranquillité, le sourire de ses habitants, et les différentes activités qui y s’y réalisent.

En bus ou en voiture, Progreso est facilement accessible depuis Mérida, et accueille essentiellement des familles et des groupes d’amis en mal de paysages côtiers et de sable fin. Fondé en 1871, il s’agit du village le plus important parmi ceux qui parsèment la côte du Yucatán. Il fut un centre de communication avec le reste du monde pendant longtemps, surtout à l’époque de l’henequen. Progreso est aujourd’hui un point de départ d’échange commercial, notamment grâce aux cargaisons maritimes régulières avec le Panama et la Floride. Lieu privilégié des excursions balnéaires, Progreso fait s’évader et oublier la routine quotidienne.

Le centre-ville regroupe de petits restaurants typiques où l’on y déguste des plats de fruits de mer incroyables dans une ambiance détendue et bon enfant. La musique est toujours présente, que ce soit dans les échoppes (« tiendas »), les restaurants de bord de mer et les marchands ambulants. Nous nous installons sur la plage pour profiter du beau temps, et observons les nageurs, les jets ski, et les différentes activités aquatiques (kayak, windsurf, pêche...) qui s’organisent tout autour du port.

Une promenade sur le malecón (promenade) au tomber du jour, pour profiter de la fraîcheur et déguster des spécialités yucatèques face à la mer, est de mise pour recharger les batteries avant de rentrer à Mérida pour entamer une nouvelle semaine !

mercredi 1 novembre 2017

Hanal Pixán - Jour des Morts yucatèque

Dans le Yucatán, le Jour des Morts porte le nom d'"Hanal Pixán", autrement dit "repas des âmes". Il s'agit d'une tradition maya ancrée dans les traditions pour honorer les proches défunts. Elle se célèbre du 31 octobre au 2 novembre, dates durant lesquelles les "âmes" recoivent le "droit" de venir visiter leurs proches sur Terre. 

Le 31 octobre est en hommage aux enfants, on l'appelle le "Hanal Palal". Le deuxième jour des célébrations, le 1er novembre, est consacré aux adultes défunts et on le nomme "Hanal Nucuch Uninicoob". Enfin, le 3ème jour est le "Hanal Pixanoob", aussi appelé dans certains endroits le "Misa Pixán" dans la mesure où a lieu une messe dédiée à l'ensemble des âmes, en général dans le cimetière du village. 

La tradition comprend différents rites, dont le principal consiste à créer des autels, éclairés de bougies, souvent placés sous les arbres du patio de la maison et proche des sépultures. On y dispose des plats typiques de la saison, des fruits, des desserts, et d'autres gourmandises. Le tout est décoré avec des fleurs et des photographies des défunts. Chaque élément placé sur l'autel a une signification bien précise et n'est pas mis au hasard : les bougies signifient la lumière que le défunt doit suivre afin de rentrer à la maison, suivant le chemin créé par les "cempasúchil", appelées les fleurs des morts (il est important que les fleurs soient naturelles puisqu'elles incarnent l'amour ressenti envers le défunt). Les desserts sont en général faits de fruits de la région et représentent les traditions vivantes du village. 

Autrefois, les ancêtres mayas enterraient leurs défunts avec divers objets leur ayant appartenus, pensant qu'ils pourraient leur servir dans une prochaine vie. Aujourd'hui, les croyances ont changées, et l'on dispose ces mêmes objets sur l'autel afin qu'ils aident le défunt à se sentir de nouveau chez lui durant sa visite.