le blog des Mexplorateurs

Ma photo

L’agence de voyage réceptive Mexplorer organise et coordonne des séjours au Mexique.

Qualité, Originalité, Prix.

mercredi 27 décembre 2017

Motul et ses fameux oeufs "motuleños" - Yucatán

L'une des traditions culinaires du Yucatán est de se rendre à Motul, village au nord-est de Mérida pour aller y déguster les fameux "huevos motuleños" - comprendre "les oeufs de Motul". Il s'agit d'un petit-déjeuner typique, élaboré à base d'oeufs au plat étalés sur des tortillas frites, accompagnés de flageolets rouges, de bananes frites et d'une sauce spéciale (tomates, jambons, petits pois). 

Motul est connu pour être le lieu de naissance de Felipe Carrillo Puerto, homme politique et figure de la révolution (1874-1924), qui fût gouverneur du Yucatán de 1922 à 1924. Son influence fut notoire, notamment dans les secteurs de l'éducation et de la reconnaissance indigène. 

La légende raconte que Felipe Carrillo Puerto arriva un jour dans un restaurant à Motul, le "Sin Rival", et le chef se trouva dépourvu des plats traditionnels puisqu'il avait déjà servi des dizaines de clients. Il arrangea donc un plat spécial pour son hôte à base de tous les restes conservés en cuisine : des oeufs, une tortilla, des morceaux de jambon et de tomates, des petits pois et des bananes frites. Il servit le tout à Felipe Carrillo, qui, une fois passé la surprise, s'enchanta de cette préparation et invita le chef à ajouter ce merveilleux plat au menu du restaurant !

Les huevos motuleños font aujourd'hui partie des étoiles de la gastronomie yucatèque et participe à la renommée du petit village de Motul, qui s'anime chaque matin au rythme de la cumbia dans le marché local et des exclamations des clients une fois que leurs huevos motuleños leur sont servis.

mercredi 20 décembre 2017

Le Mezcal : la boisson tombée du ciel !

On ne peut entreprendre un voyage au Mexique sans goûter au fameux "Mezcal", aussi appelée par les mexicains "boisson tombée du ciel" ! 

Le processus de distillation a été introduit au Mexique au 16ème siècle par les espagnols et les européens en général, et s'est diffusé jusqu'à être employé communément à partir du 18ème siècle. C'est à partir de ce moment là qu'ont commencés à être consommés des alcools distillés. Le mezcal, l'aguardiente et la tequila en font partie...

Le Mezcal se produit presque dans chaque région du Mexique, par la distillation d'agave fermenté (plante grasse d'Amérique centrale monocarpique - qui ne fleurit qu'une fois). Les types de mezcal les plus connus sont ceux du nord et de Oaxaca. La légende raconte qu'un éclair vint frapper un agave, ce qui fit couler la première goutte de mezcal, d'où son surnom de "boisson tombée du ciel". Les différentes variétés de mezcal dépendent de la plante, du climat, de la technique de distillation et du récipient où il est conservé. 

En plus d'être utilisé pour les fêtes et cérémonies, on le considère également comme remède et médicament. Il s'agit d'une boisson sacrée... 

Le mezcal est enregistré comme appellation d'origine depuis 1994, il ne peut donc être produit qu'au Mexique ! Le cocktail le plus connu préparé à base de mezcal est le "Mayahuel", il contient : du jus d'ananas, de la liqueur de café et un grain de café posé sur la mousse.

mercredi 13 décembre 2017

Les grottes de Loltún - Yucatán


Aujourd'hui nous partons nous aventurer sur les routes du sud du Yucatán pour parcourir les petits villages et découvrir la vie locale au ryhtme des marchés et des promenades. Nous passons par les villages de Tekax et Oxkutzcab, à environ 110km au sud de Mérida, et finissons par atterir de manière inespérée sur les fameuses grottes de Loltún. Nous avons la chance d'arriver pour la dernière visite de la journée à 16h, et suivons notre guide Miguel jusqu'à l'entrées des grottes. 

A 70 mètres de profondeur, nous y découvrons les peintures des premiers mayas, des offrandes et des objets de culte. "Loltún" en maya signifie "fleur de pierre", ce nom lui a été donné puisque l'on distingue divers motifs de fleurs sur plusieurs parois de la grotte. Les mayas utilisaient cette grotte comme centre religieux et refuge où ils pouvaient entreposer leurs outils. L'on reconnaît des peintures rupestres avec des formes de mains, de visages et d'animaux de l'époque. On compte environ 115 peintures murales et 42 pétroglyphes.

 On estime l'occupation humaine de cette grotte vers les années 9000 av. Jesus-Christ, puis avec la domestication des plantes et des animaux, et enfin au cours de l'incorporation de l'architecture et de la sculpture dans ses activités quotidiennes, ce qui illustre le processus social qui convertit l'homme de nomade en sédentaire. A partir de l'époque Classique, les grottes ont cessé d'être des lieux de vie et furent seulement utilisées comme des sources d'approvisionnement d'eau.

Nous suivons les chauve-souris durant toute la visite, et nous apprécions la fraîcheur ainsi que le silence régnant dans les différentes cavités. La roche paraît avoir été sculptée, et les jeux de lumière dans la grotte laissent à voir des formes et des ombres surprenantes. Nous quittons la grotte après une visite d'environ 1h30, étonnés et enchantés de cette découverte hors des sentiers battus, qui change des grandes étapes touristiques et nous aura laissé à voir un nouvel aspect de la richesse de cette incroyable région qu'est le Yucatán.

mercredi 6 décembre 2017

Réserve Naturelle de Celestún - Yucatán










En ce samedi ensoleillé, nous décidons de continuer de parcourir les routes du Yucatán, cette fois-ci : rumbo a la Réserve Naturelle de Celestún ! À environ 115km de Mérida à l'ouest (compter 1h30 de route), Celestún se trouve en bord de Golf du Mexique et ne cesse d'attirer pour sa richesse naturelle. 

Il s'agit de l'une des réserves les plus riches en termes de diversité d'espèces et d'écosystèmes indépendants, comme les mangroves, les dunes, et la forêt innondée. Dans le but de préserver cet incroyable patrimoine naturel, cet environnement a été classé Réserve de Biosphère. 

Après avoir dépassé différents petits villages en chemin et nous être arrêtés pour goûter aux noix de coco, nous arrivons enfin à Celestún et traversons la réserve jusqu'à arriver aux plages du Golf. Nous nous laissons tenter par un ceviche frais pour reprendre des forces et profiter de la vue les pieds dans le sable, avant de partir nous renseigner sur les tours en bateau. En effet, à Celestún, la visite habituelle se fait dans une petite "lancha", d'une capacité d'environ 6 ou 8 personnes, et d'une durée variant d'1h à 2h. 

Un pêcheur s'approche et nous propose un tour des plus complets, et ni une ni deux, nous voilà grimpant dans sa petite embarcation. La période n'est pas la plus propice à l'observation d'oiseaux, mais nous en apercevons tout de même un certain nombre, surtout des pélicans. Nous accostons près des ruines d'une ancienne hacienda et partons à pieds découvrir des salines d'où nous arrivons à entrevoir au loin les fameux flamants roses ! 

Nous continuons ensuite pour un tour en forêt, dans les canaux de la réserve, d'où nous apercevons essentiellement des iguanes, avant d'arriver au fameux "ojo de agua", comprendre "oeil d'eau" : où l'on trouve la plus grande concentration d'eau douce dans la réserve. 

Notre tour se termine par une baignade au milieu de la lagune et nous profitons de ce bain raffraîchissant dans cette eau cristalline pour attendre le coucher du soleil, avant de prendre la route du retour vers Mérida...

mercredi 29 novembre 2017

Site archéologique d'Ek Balam - Yucatán

Aujourd'hui nous profitons d'un passage à Valladolid pour aller découvrir le fameux site archéologique d'Ek Balam. Il s'agit de l'un des derniers sites à avoir été découverts sur la péninsule du Yucatán, et sans doute l'un des plus importants. Son nom en maya signifie "jaguar noir". Le site est composé de divers temples, de deux grands palais et d'une pyramide au centre de la cité. Ocupé du quatrième siècle jusqu'à la période coloniale, plusieurs sources historiques indiquent qu'Ek Balam représentait un centre important de la région maya, pendant la période Post-Classique.
Comprenant environ 40 structures, tous les temples sont accessibles aux visiteurs, permettant de prendre de la hauteur et d'adopter plusieurs points de vue sur la cité et la jungle environnante. Ek Balam ne connaît pas la renommée de Chichen Itzá, et pourtant il s'agit d'une cité pleine de sérénité et de mystère à la fois. On y rencontre peu de visiteurs et c'est finalement ce qui en fait son charme. 

Nous escaladons l'Acropole, aussi appelée la "Tour", d'une trentaine de mètres, du sommet de laquelle nous avons droit à une vue incroyable sur les deux grandes structures paraissant sortir de la jungle. Nos efforts ne sont pas vains et nous reposons nos jambes flageolantes en nous asseyant sur les marches du haut pour profiter de cet instant paisible et nous imprégner de la majestuosité de la nature : une véritable oeuvre d'art. 

A environ 1500 mètres de la cité se trouve le cenote Xcanche. Il est possible de louer des vélos pour y accéder plus rapidement ou simplement s'y rendre à pieds. Sur place on y trouve une descente en rapel, des hamacs et une tyrolienne. Pour notre part, un plongeon raffraîchissant et hop nous voilà ressortis pour continuer notre chemin vers de nouvelles aventures...

mercredi 22 novembre 2017

Un weekend à Isla Mujeres, à la rencontre des requins baleine

Nous profitons du weekend de 3 jours à l'occasion de la célébration de l'Indépendance du Mexique, pour mettre le cap sur la côte Caraïbes, et partir découvrir la merveilleuse île des femmes, "Isla Mujeres". Nous embarquons à bord du ferry en partance de Cancún et faisons un court périple de 15 minutes avant de poser les pieds sur Isla Mujeres. 

Comme la plupart des voyageurs, nous choisissons de louer une voiturette de golf pour rouler à l'air libre et profiter de la vue et de chacun de nos sens. L'île se parcours relativement vite, mais elle offre de nombreux secrets et recoins à découvrir qui méritent que l'on prenne le temps et surtout...des détours ! Au bout d'une vingtaine de minutes de route, nous arrivons dans un restaurant situé en bord de plage pour nous restaurer et goûter aux délicieuses langoustes, spécialités de la maison ! Nous nous laissons ensuite bercer par le son des vagues et la tranquilité des lieux jusqu'au coucher du soleil... Le soir nous participons à la Fête de l'Indépendance sur la Place Principale, écoutons avec attention le discours du Maire, puis suivons les premiers accords des mariachis qui ont pris place sur la scène faisant face au Palais du Gouvernement. Cette belle première soirée s'achève au rythme de la cumbia et de la salsa...

Le lendemain, nous décidons de nous aventurer un peu plus loin, et découvrons "Punta Azul", où l'on accède via un promontoir puis des escaliers en bois aménagés dans la roche avant de déboucher sur la mer. Il n'y a personne, nous semblons être les seuls visiteurs et cela procure d'autant plus une sensation de bien-être et de découverte. Nous faisons le tour de la "punta", à l'ombre de la roche et profitons de la vue sur l'eau bleu turquoise. Entre promenades à pieds ou en voiturette, nous choisissons de découvrir Isla Mujeres à notre rythme et tâchons de sortir des sentiers battus pour aller au contact des locaux, que nous rencontrons, pour la plupart, pour partager des tacos !

Le dernier jour, nous nous levons à l'aube et partons en bateau pour une excursion bien particulière... Nous allons à la rencontre des requins baleine ! Ces géants marins inofensifs, sont visibles sur les côtes de juin à septembre, et nous profitons du dernier jour de la saison pour aller les découvrir ! Nous traversons une mer plutôt calme pendant environ 50 minutes, avant d'arriver au spot où nous enfilerons masque et tuba, et plongerons deux par deux, à leurs côtés. Le premier que nous rencontrons est un bébé (pas si petit que cela !), nous l'apercevons de loin, et pourtant nous restons impressionnés par sa taille. Au second essai, nous plongeons et nous retrouvons nez-à-nez avec la maman (environ le triple de la taille du petit...), que nous accompagnons le temps de quelques minutes, côte-à-côte. Nous sentons les vibrations de ses déplacements et de sa masse dans l'eau. C'est un moment exceptionnel et unique... Elle finit par s´éloigner et nous remontons à la surface, la boule au ventre due à l'adrénaline et au bonheur d'avoir vécu un tel instant. 

C'est avec toutes ces superbes images en tête que nous remontons à bord du ferry nous ramenant sur la côte, et que nous repartons tous vers nos vies quotidiennes respectives, mais avec un souvenir commun inoubliable... 

 

mercredi 15 novembre 2017

Les sérénades du jeudi soir à Santa Lucía - Mérida

À Mérida, tous les jeudis soirs, la Place Santa Lucía se pare de blanc. En plein coeur du centre-historique de la ville, la place Santa Lucía organise cette soirée culturelle depuis 1965, et a vu se succéder, depuis, un grand nombre d'artistes de renom, tant musiciens, chanteurs, que danseurs. Ses sérénades légendaires sont l'expression par excellence de la culture yucatèque et d'un patrimoine culturel unique, puisqu'elles offrent à découvrir son folklore, sa poésie et son histoire.

L'orchestre se met en place sur la petite scène aux côtés du restaurant l'Apoala, face aux gradins spécialement installés pour l'évènement. Les musiciens vêtus de la fameuse chemise typique yucatèque, la "guayabera", s'installent et lancent les premiers accords de la fameuse sérénade.

Le public est constitué de voyageurs de passage, de curieux, mais surtout de locaux habitués et pourtant toujours aussi enchantés d'assister à cet évènement musical hebdomadaire. Entre les femmes agitant leurs éventails, les enfants juchés sur les épaules de leurs parents et les couples charmés par les accords des guitares, la sérénade du jeudi soir séduit tous les publics. 
S'alternent successivement sur le devant de la scène, les trios de musiciens accompagnés de leur guitare, les chanteurs solistes, et les danseurs de jarana du ballet folklorique de Mérida, accompagnés de l'orchestre régional. Pendant une heure, le temps est consacré à la musique et il semble que chaque spectateur voyage dans le temps à travers elle...

mercredi 8 novembre 2017

Port de Progreso - Yucatán


Pour profiter d’un dimanche de détente, nous quittons Mérida et rejoignons le port de Progreso, à environ une demi-heure au nord. Situé sur la « Costa Esmeralda » - Côte d’émeraude, Progreso est le lieu de villégiature préféré des méridiens qui souhaitent s’échapper de l’effervescence de la ville le temps d’une journée ou d’un weekend. Petite ville de pêcheurs, elle charme pour sa tranquillité, le sourire de ses habitants, et les différentes activités qui y s’y réalisent.

En bus ou en voiture, Progreso est facilement accessible depuis Mérida, et accueille essentiellement des familles et des groupes d’amis en mal de paysages côtiers et de sable fin. Fondé en 1871, il s’agit du village le plus important parmi ceux qui parsèment la côte du Yucatán. Il fut un centre de communication avec le reste du monde pendant longtemps, surtout à l’époque de l’henequen. Progreso est aujourd’hui un point de départ d’échange commercial, notamment grâce aux cargaisons maritimes régulières avec le Panama et la Floride. Lieu privilégié des excursions balnéaires, Progreso fait s’évader et oublier la routine quotidienne.

Le centre-ville regroupe de petits restaurants typiques où l’on y déguste des plats de fruits de mer incroyables dans une ambiance détendue et bon enfant. La musique est toujours présente, que ce soit dans les échoppes (« tiendas »), les restaurants de bord de mer et les marchands ambulants. Nous nous installons sur la plage pour profiter du beau temps, et observons les nageurs, les jets ski, et les différentes activités aquatiques (kayak, windsurf, pêche...) qui s’organisent tout autour du port.

Une promenade sur le malecón (promenade) au tomber du jour, pour profiter de la fraîcheur et déguster des spécialités yucatèques face à la mer, est de mise pour recharger les batteries avant de rentrer à Mérida pour entamer une nouvelle semaine !

mercredi 1 novembre 2017

Hanal Pixán - Jour des Morts yucatèque

Dans le Yucatán, le Jour des Morts porte le nom d'"Hanal Pixán", autrement dit "repas des âmes". Il s'agit d'une tradition maya ancrée dans les traditions pour honorer les proches défunts. Elle se célèbre du 31 octobre au 2 novembre, dates durant lesquelles les "âmes" recoivent le "droit" de venir visiter leurs proches sur Terre. 

Le 31 octobre est en hommage aux enfants, on l'appelle le "Hanal Palal". Le deuxième jour des célébrations, le 1er novembre, est consacré aux adultes défunts et on le nomme "Hanal Nucuch Uninicoob". Enfin, le 3ème jour est le "Hanal Pixanoob", aussi appelé dans certains endroits le "Misa Pixán" dans la mesure où a lieu une messe dédiée à l'ensemble des âmes, en général dans le cimetière du village. 

La tradition comprend différents rites, dont le principal consiste à créer des autels, éclairés de bougies, souvent placés sous les arbres du patio de la maison et proche des sépultures. On y dispose des plats typiques de la saison, des fruits, des desserts, et d'autres gourmandises. Le tout est décoré avec des fleurs et des photographies des défunts. Chaque élément placé sur l'autel a une signification bien précise et n'est pas mis au hasard : les bougies signifient la lumière que le défunt doit suivre afin de rentrer à la maison, suivant le chemin créé par les "cempasúchil", appelées les fleurs des morts (il est important que les fleurs soient naturelles puisqu'elles incarnent l'amour ressenti envers le défunt). Les desserts sont en général faits de fruits de la région et représentent les traditions vivantes du village. 

Autrefois, les ancêtres mayas enterraient leurs défunts avec divers objets leur ayant appartenus, pensant qu'ils pourraient leur servir dans une prochaine vie. Aujourd'hui, les croyances ont changées, et l'on dispose ces mêmes objets sur l'autel afin qu'ils aident le défunt à se sentir de nouveau chez lui durant sa visite.

mercredi 25 octobre 2017

"La Catrina" : origine du symbole de la mort mexicain...

 
"La muerte es democrática, ya que a fin de cuentas, güera, morena, rica o pobre, toda la gente acaba siendo calavera
- José Guadalupe Posada

La Catrina est le symbole populaire de la mort au Mexique et fût baptisée ainsi par le muraliste Diego Rivera (1886-1957), et bien que dans ses oeuvres on y trouve plusieurs représentations de cette femme squelette élégante et menue, il ne fût pas le premier à l'inclure dans son oeuvre : son précurseur est en réalité José Guadalupe Posada (1852-1913). 

L'histoire de "Catrina" commence sous les gouvernements de Benito Juárez, Sebastián Lerdo de Tejada et Porfirio Díaz. C'est dès lors que commencèrent à se populariser des textes écrits par la classe moyenne critiquant la situation du pays ainsi que les classes privilégiées. Les récits étaient rédigés de manière ironique et accompagnés de dessins de crânes et de squelettes. José Guadalupe Posada, célèbre graphiste, caricaturiste et illustrateur, collabora avec la presse, notamment avec "El Padre Cobos", "El Ahuizote" et la "Patria Ilustrada". Il se fit connaître grâce à ses critiques sociales qui mettaient en évidence les inégalités et injustices du pays, mais aussi grâce à ses dessins d'art populaire qui représentaient essentiellement des cadavres, têtes de mort, histoire de crimes, politiques, et surtout des femmes. Les "calaveras" - têtes de mort, représentent le peuple, son attitude désinvolte et festive, et la situation de l'époque, bien qu'aujourd'hui on les associent dorénavant au jour des morts. 

L'oeuvre de Posada influença directement Diego Rivera, qui adapta el concept en le nommant "Catrina", et lui apporta différents attributs tels que des vêtements, des chapeaux et ce style élégant. On la retrouve notamment dans son oeuvre "Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central".

Aujourd'hui la Catrina est surtout une figure esthétique, un artefact populaire qui fait désormais partie intégrante de la culture mexicaine et de son image à travers le monde. On la décline aujourd'hui en artisanat et en image de marque pour symboliser la richesse culturelle et spirituelle du Mexique...

lundi 23 octobre 2017

"Festival de las Ánimas" à Mérida, du 23 au 30 octobre 2017

Pour la deuxième année consécutive, le département de la culture de la Mairie de Mérida organise le fameux "Festival de las Ánimas" - "Festival des Âmes". Du lundi 23 au lundi 30 octobre 2017, se dérouleront diverses manifestations et célébrations liées à la si prisée Fête des Morts mexicaine. Des activités culturelles sont programmées pour durer 8 jours et prendront la forme d'oeuvres de théâtre, d'expositions photographiques, de marches et de tours à vélo, et enfin d'une cérémonie maya qui aura lieu dans le cimetière général de Mérida.

En parallèle, toutes les activités culturelles hebdomadaires seront adaptées aux festivités de la Fête des Morts : la "Vaquería" du lundi prendra des allures macabres avec les danseurs maquillés, la "Serenata" du jeudi sera, elle aussi, orientée sur le thème de l'hommage aux morts avec des morceaux choisis pour l'occasion, et enfin la fameuse "Noche Mexicana" du samedi sera convertie en "Noche de Catrinas" (symbole populaire de la mort, inventé par José Guadalupe Posada).

Le vendredi 27 octobre aura lieu le "Paseo de las Ánimas" - "Marche des âmes". Il s'agit d'un défilé en habits typiques et maquillages macabres, débutant au cimetière général et terminant dans le quartier de San Juan. La marche inclue également le passage par une exposition d'autels à ciel ouvert sur environ 13 rues, qui seront jugés selon des critères de traditions et d'esthétique. 

Programme détaillé des activités : 

Lundi 23 octobre 2017 : 
Pièce de théâtre "El Mucbilpollo de Don Pancho" - devant le Palais Municipal - 20h

Mardi 24 octobre 2017 :
Exposition photographique "Pixanes" d'Alejandro Poot Molina - Centre Culturel Olimpo - 20h

Mercredi 25 octobre 2017 : 
Marche des âmes - Cimetière général - 19h30
Ciclotourisme : parcours en vélo de la place Santa Ana au cinmetière général - 19h30

Jeudi 26 octobre 2017 : 
Spectacle "Mexico y sus tradiciones, Día de los Muertos" - Centre Municipal  de danse - 20h
"Serenata de Ánimas", en hommage à la compositrice yucatèque Judith Pérez Romero - Place Santa Lucía - 21h

Vendredi 27 octobre 2017 : 
"Paseo de las Ánimas" (présentation d'autels, danse, théâtre, légendes mayas) du Panteón Florido au Panteón General de la place San Juan - 18h

Samedi 28 octobre 2017 : 
Chemin de fleurs "Encuentro con las Ánimas" - Parc de la Mejorada - de 10h à 22h
Présentation d'autels - Place Principale de Mérida - de 10h à 22h
"Noche Mexicana - Noche de Catrinas" - Remate del Paseo Montejo - 20h

Dimanche 29 octobre 2017 : 
Spectacle pour enfants "Franky y sus Marionetas de Calavera" - devant le Palais Municipal - 11h
Théâtre régional avec Alica García "Xpet", oeuvre "Alma en Pena" - devant le Palais Municipal - 12h

Lundi 30 octobre 2017 :
Vaquería de las ánimas - devant le Palais Municipal - 20h30

mercredi 18 octobre 2017

Cancún, destination de contrastes


Aujourd’hui nous décollons pour Cancún, une destination incontournable de la côte caraïbe mexicaine. En langue maya, son nom signifie « nid de serpents », et il s’agit de l’une des villes les plus prisées du tourisme balnéaire et de fête. Elle offre un panel d’activités et de lieux qui valent le détour pour découvrir, entre autres, ses plages de sable fin et ses eaux turquoises. Avec ses six plages emblématiques (Chac Mool, Los Delfines, Las Perlas, Marlín, Ballenas et El Niño), la ville déploie des trésors de créativité pour se rendre toujours plus attractive et jouer sur son image de capitale mexicaine de la détente et de la fête.

Toutefois, il serait réducteur de limiter Cancún à ses plages tropicales et à ses soirées « locas », dans la mesure où elle abrite également des vestiges archéologiques surprenants, dont trois en particulier qui font sa renommée : El Rey, San Miguelito et El Meco. En outre, elle possède le Musée Maya, qui expose l’une des collections archéologiques les plus importantes issues de la culture maya.

En termes de richesses naturelles, Cancún se trouve proche de plusieurs lagunes, et parmi elles la lagune de Nichupté, qui offre une grande diversité d’activités nautiques et de points de vue spectaculaires pour les amoureux de la photographie. Par ailleurs, Isla Blanca est un petit paradis qui se trouve à environ 40min de Cancún et qui est le lieu idéal pour passer une journée de détente et profiter des différents contrastes de couleurs entre l’aube et le coucher du soleil. Enfin, Cancún se trouve à quelques minutes en ferry d’Isla Mujeres, un autre paradis incontournable de la Riviera Maya, et qui est une destination exotique privilégiée à ne pas manquer.

La ville possède également le musée d'art sous-marin (MUSA), qui se trouve dans le Parc National situé entre les eaux de Cancún et d'Isla Mujeres, et qui est l'un des plus visités au monde. Il réunit plus de 500 sculptures originales qui servent de récif artificiel. Plusieurs types de visites sont possibles : par bateau, en plongée. L'excursion en bateau sous-marin propose une embarcation vitrée, adaptée à tous les âges et conditions, permettant de s'approcher au mieux des sculptures ainsi que de la faune aquatique. Pour les amateurs des profondeurs marines, il est donc possible de plonger pour découvrir les différentes galeries.

Une journée suffit à tomber sous le charme de la ville et de ses alentours, et nous nous en rendons compte en quittant les lieux pour rejoindre un nouveau lieu de villégiature.